manipulation
Santé

De l’exercice du pouvoir

Nous allons évoquer l’essence du pouvoir, son sens et son énergie.

C’est l’occasion de réaliser qu’une énergie n’est ni bonne, ni mauvaise. Elle exprime juste la façon dont on l’utilise.
De même dans le cadre de notre association, je souhaite vous voir vous investir pour que les choix d’évolution de cette structure soit dans le juste, car correspondants au désir du plus grand nombre ;
En effet il ne faut pas confondre pouvoir et pouvoir.
Une thérapeute travaillant sur la violence passée et ses conséquences sur l’individu, s’était « révoltée », lors d’un séminaire de communication, que l’on évoque le pouvoir au sein de la relation thérapeutique. Pour elle, il ne pouvait s’agir que d’une prise de pouvoir.
Je lui rétorquais que tout dépendait du regard que l’on portait sur ce pouvoir, que son point de vue émanait de la peur, mais que si on croyait en l’Amour on voyait, un autre possible, rendre à l’autre son pouvoir.

La définition de ce terme occupe trois pages et demi dans le Robert.

1/ Sous forme de verbe il se conjugue comme :

  • avoir la possibilité, être capable
    Notre monde actuel et sa société psychotique pleine de ses contradictions (guerre humanitaire, maîtrise comptable de la « sécurité sociale »…) nous éduquent t’il à devenir des êtres capables ? ou bien des assistés incapables de se passer de consommer ?
    En tant que dentiste nous donne t-on la possibilité d’être ou d’avoir ?
    Une fois signé ce pacte (convention), Faust-il s’étonner d’entrer nous-même en contradiction avec notre désir ?
    ALORS, au moins qu’il soit un lieu de conscience où chacun sait qu’il est capable de participer et de décider.
    Pour qu’un acte se produise il faut d’abord le penser, il n’y a pas de limites à ce que nous pouvons réaliser, encore moins à ce que nous POUVONS penser.
  • avoir le droit, la permission
    « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ».
    Liberté, que de mensonges en ton nom… Après la religion, les hommes t’utilisent pour se dominer entre eux. Coluche nous disait bien que «  le capitalisme c’était l’exploitation de l’homme par l’homme et que le syndicalisme c’était exactement le contraire »
    Que devient la liberté du droit de grève, des traminots,,cheminots et autres minorités abusant de leur droit de « nuire à autrui », cette liberté bafouée encore par leur exigence de payer leurs jours de grève.
    Suis-je courroucé ? pas du tout, c’est leur problème. Simplement restons conscient de ces non-sens pour qu’ils ne nous utilisent pas, mais que nous les utilisions.
    La liberté aujourd’hui consiste à POUVOIR PENSER tout ce qui ne nous nuit pas.
  • appartenir au monde de l’hypothétique, de l’incertain : «  il se peut que. »
    ALLELUIA, enfin un terrain vierge de toute certitude, un champ de libertés et de doutes où tous les possibles sont envisageables.
    La liberté d’espérer, d’être créateur de nos vies.
  • exprimer un souhait : « puisses-tu dire vrai ? »
    Il ne tient qu’à nous !
    Est ce que le « je » peux va me permettre de définir ce qui est vrai, ou dois-je attendre (éternellement) que le vrai arrive pour que je puisse me réaliser ?
    Autrement dit : «  on devrait toujours partir de l’endroit où on veut arriver », la difficulté pour cela c’est de savoir où on veut arriver…
    Lâcher prise, dépasser nos peurs pour la plupart inculquées (inconscient collectif, interdits, chocs passés…)
    Si la question du vrai se pose, c’est bien que cela pourrait être faux.
  • IL est possible : « demain, IL peut pleuvoir. »
    Le pouvoir serait un hasard, ou une destinée.
    Le pouvoir est il à notre service, ou se sert-il de nous ? C’est de notre liberté que le décider et ouvrir le champ de nos possibles.

2/ comme nom il parle :

  • du pouvoir de, de la faculté de, du don, de la liberté de….. CQFD
  • de la capacité légale de faire une chose, le mandat, la mission (fondé de pouvoir), la procuration ! C’est le rôle du conseil d’administration que d’exercer votre pouvoir.
  • de la propriété physique d’une substance (calorifique,absorbant…)
  • du fait de disposer de moyens d’action ; autorité, emprise, puissance. Pouvoir paternel, directorial.

Situation de ceux qui dirigent (la lutte du pouvoir).
Et voilà, le coté obscur de la force où le pouvoir est pris, par procuration, au plus grand nombre, pour le profit de quelques uns.
Oui, mais. Pour obtenir une expression de masse, il faudrait que la masse s’exprime.Alors, que voulez-vous ?
Une association pépère, menée par un conseil d’administration sérieux, prudent et raisonnable, une société scientifique de médecines dentaires, un service de protection juridique, de formations, de revendications syndicales…. ? Quoi d’autre ? A vous de le dire.
Et après, à vous de mettre en œuvre les moyens de vos choix, car il ne suffit pas de yaka-faudrait que.
Ne voyez rien de cynique dans mes propos, rappelez vous que nous sommes dans la forme du pouvoir que le plus grand nombre doit choisir. Il s’agit de décrire la réalité de la situation, de ces possibles, et des nécessités de ces possibles.

J’aime l’énergie de ce pays, c’est-à-dire la somme de vos énergies, c’est-à-dire Vous. Nous avons été nombreux à nous investir dans ce cycle, et je remercie ici les précurseurs de ce mouvement.
Le reste de l’article est enlevé car spécifique au fonctionnement de l’association et maintenant « démodé ».

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *